IFGM
AMIF
KINEMEZ

Hernie discale – Sciatique

Qu'est-ce ?

Le terme hernie discal se rapporte à la sortie vers l'extérieur d’une part du contenu du disque intervertébral, au-delà du contour naturel, en pouvant exercer ainsi une pression sur la moelle spinale ou sur la racine nerveuse. Cela peut succéder dans toute notre colonne vertébrale, mais il est plus usuel dans la colonne cervicale (affectation de la racine C7) et surtout au niveau lombaire (racine L5, S1). Quand la racine L4, L5 ou S1 est qui est comprimée, le nerf sciatique est affecté.

Causes

La cause d'une douleur de type radiculaire (par exemple, la douleur sciatique) elle est due à la compression d'une racine nerveuse par la hernie discal en provoquant son irritation. Bien qu’il puisse y avoir des causes traumatiques (un accident de voiture, par exemple), la majorité sont d’habitude des processus dégénératifs. Il n'est pas bien clair toujours les mécanismes exacts qu'ils provoquent ce processus dégénératif, mais bien sûr on connaît quelques facteurs de risque qui facilitent sa dégradation, les plus remarquables : l’stress, en altérer la perception de la douleur et l'augmentation du ton musculaire; les mouvements répétitifs du dos, comme les torsions ou les rotations; les efforts en adoptant une mauvaise hygiène postural, les postures maintenues pendant beaucoup d'heures, comme être assis, puisque ça favorise le pincement du disque; et aussi certains déséquilibres posturales dus à un manque de flexibilité.  Parfois on parle de la faiblesse des muscles du dos comme la cause du mal de dos. Pour nous c'est une erreur, un mythe qui doit être éradiqué, puisque le manque de flexibilité des tissus joue un rôle beaucoup plus important sur la détérioration que le déficit de force.

Symptômes

Les symptômes peuvent être très variés en dépendant de la zone affectée. Une hernie discal localisée au niveau lombaire n'a pas pourquoi manifester une douleur dans cette zone.  Parfois le patient sent plus de douleur dehors qu'à l'intérieur de son dos (une irradiation nerveuse) ; c'est-à-dire chez le fessier, derrière la jambe, chez le jumeau ou le pied.  Cette douleur peut être constante et diffuse ou, en phase aiguë, elle peut être une douleur lacérant, comme un "courant électrique", qui parcourt toute l'extrémité. Selon la racine nerveuse affectée, la localisation des symptômes varie ; mais, en général, la sensation de fourmillement, la perte de force, la difficulté de se mouvoir avec aisance, ils sont habituellement des symptômes très communs. De plus, il est fréquent que la personne adopte des postures antalgiques, de cette façon le corps change sa position pour ne pas avoir de douleur. Si ces postures s'obstinent au temps, il est probable qu'elles restent très fixées et puissent être l'origine de douleurs dans d'autres zones du corps.

Diagnostic

Avec l'histoire clinique et une exploration précise on peut arriver à avoir un soupçon assez fiable d'une hernie discal mais seulement on peut confirmer ça moyennant un TAC ou avec une résonance magnétique.

Pas toutes les douleurs dans la zone lombaire qui s’étendent vers la jambe par le territoire du nerf sciatique, ils sont dues à une hernie discal. Il y a d'autres affections très communes de la colonne qui peuvent causer une douleur rapportée au membre inférieur. Il est normalement causé par une lésion mécanique de la zone lombaire comme, par exemple, une syndrome facettaire (pincement articulaire), sacro-iliaque ou par contracture du muscle pyramidal.

En plus de connaître le diagnostic médical exact, le kinésithérapeute doit réaliser une exploration clinique avec palpation de la colonne et de sa musculature, une exploration de la mobilité articulaire et du système nerveux. Nous associons à cet examen clinique une analyse globale, c'est-à-dire des altérations posturales et de l'état des chaînes musculaires.

Il est possible d'avoir une hernie discale mais pas de douleur. On croyait anciennement que l’hernie discale causait toujours une douleur à ceux qui la souffraient, et que celle-ci supposait un risque pour le patient, ou qu'ils devaient être opérés pour ne pas rester "invalides". Heureusement l'évidence scientifique disponible démontre que cela n'est pas comme ça. Après avoir fait des études chez des personnes saines on a vu qu'entre 30% et 50%  elles présentent des hernies discales qui ne leur causent aucune douleur ; par conséquent, le critère de traitement est, essentiellement, clinique, basé sur la symptomatologie.

Traitement

La majorité (> 80 %) des patients avec de la douleur par hernie discal répondent bien au traitement médical conservateur (analgésique et anti-inflammatoire) uni au traitement spécialisé de kinésithérapie, qui doit toujours inclure la rééducation de la posture. La chirurgie, à l’exception de ces cas avec des hernies très grandes ou avec une douleur insupportable, elle doit être considérée un dernier recours.

La rééducation postural Mézières traite efficacement cette pathologie. Le point de vue devra toujours être global si nous voulons maintenir les résultats à long terme. D’une certaine façon nous cherchons ces facteurs de risque qui sont imprimés dans le corps, avec l'objectif de minimiser ses effets négatifs. La thérapie manuelle spécifique de l'axe crâne - sacral, la réharmonisation des chaînes musculaires, l’amélioration de l'image corporelle et d'un travail respiratoire adéquat, elles sont certaines des techniques utilisées dans nos traitements.

Il est important d'associer à la kinésithérapie les normes d'ergonomie de travail. On doit étudier le poste de travail de chaque personne pour conseiller sur les postures et le mobilier le plus adéquat.

En général, les traitements avec des médicaments (analgésiques, anti-inflammatoires, des relaxants musculaires) et les orthopédiques (ortesis), sont uniquement indiqués pour la phase aiguë qui d’habitude dure quelques jours. Les douleurs de plus de 3 mois d'évolution sont considérées chroniques. Votre médecin vous orientera mieux sur ça.

Catellano
Català
Franais