IFGM
AMIF
KINEMEZ

Lésions musculaires

Les problèmes musculaires sont l'une des principales causes qui provoquent chez les sportifs une perte partielle ou totale de son activité et, par conséquent, une limitation de la progression de leur performance sportive.

Selon la spécialité sportive les lésions peuvent être chez le membre supérieur (par exemple : sport de lancement, comme l'handball), chez le membre inférieur (par exemple : sport de course, comme l'athlétisme) ou dans le tronc (un exemple : sport asymétrique, comme le golf).

De plus en plus nous intégrons le sport à notre vie quotidienne et, donc, nous devons savoir que nous sommes constamment en train de mettre nos muscles à risque à subir n'importe quelle lésion. Par conséquent, nous devrions être vigilantes et prudents, et connaître quelles choses nous devons faire pour prévenir des lésions futures.

Qu'est-ce qu’un muscle ?

Les muscles sont les structures chargées de produire le mouvement de nos articulations grâce à la contraction de ses fibres. Les muscles ont la capacité de contracter lors de la réception d’un signal électrique (nerveux), et de se relâcher pour revenir à sa position initiale.

Le muscle est formé par de nombreux faisceaux enveloppés par une membrane (aponeurose) et, dans son intérieur, il contient de petites fibres, composées à son tour par des milliers de myofibrilles, où la contraction musculaire se produit.

Aux extrémités musculaires on trouve les tendons, des structures fibreuses peu élastiques, qui unissent les muscles aux os.

Qu'est-ce qu’une lésion musculaire ?

Lorsque la structure endommagée, en partie ou en totalité, est la fibre musculaire, on considère qu’il existe une lésion musculaire.

Causes

Si nous éliminons les causes neurologiques (l’accident vasculaire cérébral avec des muscles spathiques ou rigides) et rhumatologiques (comme la fibromyalgie), une lésion musculaire peut être causée par des facteurs traumatiques (chutes) ou non traumatiques (par exemple, un programme d'étirements inadéquat). Évidemment, pour que le muscle ait une bonne qualité de contraction et de flexibilité il a besoin d'être nourri convenablement,  l'alimentación joue un rôle fondamental dans la santé musculaire.

Les sportifs, tant d'élite comme amateurs, donnent souvent plus d'importance à la tonification qu'à l'étirement. C'est une erreur très commune qui provoque le déséquilibre dans la tension des chaînes musculaires. L'excès de rigidité musculaire ralentit le mouvement, puisque le muscle perd de la flexibilité, en empêchant à l'articulation compléter tout son parcours. Les gestes sportifs deviennent peu harmonieux, l'efficacité est réduite, la compétitivité et le risque de lésion augmentent.

Symptômes

Selon le type de lésion qui survient, peut être d'une inflammation locale légère jusqu’à une rupture fibrillaire. La douleur peut venir le lendemain de l'activité sportive avec des gênes situées directement sur le muscle du type "des courbatures", en raison de l’exercice trop intense ou pour être peu habitué ou par une mauvaise nutrition. Il peut être une douleur en forme d'une "crampe" musculaire dans le même moment de l'activité. Le sportif remarque une traction subite du ventre musculaire (très typique chez les jumeaux ou chez les ischio-jambiers). Parfois la personne sent comme une "bosse" justement dans la zone musculaire, c'est la contracture musculaire, qui fait mal en y faire pression et se relâche après avoir étiré.  Enfin, le sportif peut sentir une "élancement" qui l'oblige à interrompre son activité sportive momentanément ou définitivement. Cette douleur est due à une rupture partielle du muscle (déchirure fibrillaire) ou une totale (rupture musculaire). Dans cette situation la douleur est très intense, invalidante, avec inflammation et un hématome local.

Diagnostic

Un examen clinique est habituellement suffisant pour diagnostiquer le type de lésion, mais dans le cas des déchirures musculaires une étude complémentaire, au moyen d'une résonance magnétique ou d’une échographie, devient précise pour déterminer l’étendue de la lésion.

Traitement

Le traitement est directement lié à la nature, le degré et le moment de la lésion.

Dans la phase aiguë, c'est-à-dire pendant les premières 48 à 72 heures, nous devons utiliser des mesures anti-inflammatoires et analgésiques.

La glace appliquée pendant 10-15 minutes directement sur la zone (pour éviter des brûlures, on place un tissu fin entre la peau et la glace) réduira considérablement l'inflammation et adoucira la douleur. Si la lésion est peu grave des bandages spécifiques peuvent être pratiqués par un kinésithérapeute (taping ou neurotaping - "bandes de couleurs"). On doit reposer pendant 2 ou 3 jours. Si la rupture est importante on aura besoin d'un traitement médical d'urgence.

Dans la phase subaiguë, en plus de l'application de certains appareils spécifiques d'électrothérapie, la thérapie manuelle est, sous ses diverses modalités, la plus convenable. Elle favorise la cicatrisation des tissus, la diminution de l'oedème ou l’inflammation, et l’amélioration de la fonction musculaire.

Pour nous le plus important est la prévention. Un examen rigoureux de l'état des chaînes musculaires et du geste sportif est très utile pour connaître la prédisposition d'un sportif à subir des lésions musculaires.

La vision globale de la Méthode Mézières permet de déterminer les traces que le sport laisse dans votre corps afin de les traiter toujours sous un point de vue global. Les étirements actifs des chaînes musculaires, avec un travail proprioceptif rigoureux, permettent de rééquilibrer le système efficacement, en libérant au muscle d'un excès de tension, à l'articulation du mouvement, et en dotant au corps d'une plus grande "sensibilité" pour la compétition.

Pour effectuer un travail global il sera nécessaire de combiner le traitement physique avec un adéquat  comportement alimentaire et une supplémentation spécifique pour chaque cas.

Catellano
Català
Franais